Le Tour du monde en 80 jours. Unique copie...

Lot 202.bis
Aller au lot
8 000 - 12 000 €
Résultat : 14 500 €

Le Tour du monde en 80 jours. Unique copie...

Le Tour du monde en 80 jours. Unique copie manuscrite du livret de la première pièce de théâtre écrite par Jules Verne et Édouard Cadol, provenant de la bibliothèque de Jules Verne, annotée de la main de l'écrivain sur la page de titre. Ce livret manuscrit est le produit du travail d'un atelier de copistes (Copies dramatiques Leduc) comme il en existait de nombreuses à l'époque, avant l'apparition des procédés bon marché de reprographie. Il devait exister un autre exemplaire, destiné à Edouard Cadol, et d'autres, sans doute, copiés et destinés à la (bienveillante) attention des directeurs de théâtre... Tous ont disparu. Mais nous reste désormais le meilleur, celui de Jules Verne!... que Cadol lui a transmis (son adresse a été biffée par l'écrivain). Les brèves lignes écrites par Verne traduisent une opinion tardive, émise avant un classement définitif du livret dans ses archives personnelles. Dans l'inventaire, dressé à Toulon en 1935, qui permit l'exhumation du Paris au XXème siècle, il ne fut retrouvé aucune trace de cette première tentative. On la supposait détruite... La composition de cette pièce se situe avant la rédaction du roman (1872), mais sera encore corrigée en 1873. On sait que, seule, la pièce définitive, écrite en collaboration avec d'Ennery en 1873, ne sera jouée qu'en 1874. La préférence donnée par Jules Verne à d'Ennery sera à l'origine d'une brouille définitive avec Edouard Cadol. Le ton de l'injuste annotation de l'écrivain - ici, indirectement féroce à l'égard de lui-même, qui fut l'inspirateur et le co-auteur de la pièce! - témoigne éloquemment de l'agacement que lui cause le souvenir de ce projet avorté: Travail de M. Cadol, et qui n'a rien de commun avec la pièce de M. D'Ennery et Verne/ JV/. C'est sec et c'est rageur... Humeur... Mais écoutons le regretté Eric Weissenberg, qui ne cachait pas son émerveillement devant l'extraordinaire trouvaille de Bernard Petit (bulletin n° 152, 4ème trimestre 2004): «... Le miracle est survenu: Bernard Petit, sociétaire et collectionneur avisé, mérite toutes nos félicitations pour avoir découvert ce texte introuvable qu'il a eu la grande générosité de nous confier. Grâce à cet unique exemplaire appartenant à Jules Verne, nous pourrons célébrer à notre façon l'année 2005 (centenaire de la mort de JV - NdA), en offrant cette pièce importante que l'on croyait perdue. Que Bernard Petit soit vivement remercié de ce don précieux qui enrichit la connaissance vernienne. En effet ce manuscrit devient un document capital, contenant en germe tout ce qui fera le succès du livre: l'idée du tour du monde en gagnant un jour, la course contre la montre, l'anglomanie de Phileas Fogg, la souplesse de Passepartout et la beauté d'Aouda, amoureuse de son sauveur, sans oublier le fourbe Fix, le traître de la pièce; si la forme diffère, plus libre et plus libertine parfois, son style demeure très vernien. De sa trame, le roman allait naître. Seule la fin des quatre actes n'a pas la force du coup de théâtre du roman quand Fogg réapparaît: «Me voici, Messieurs», disait-il de sa voix calme. Il est cependant manifeste que dans cette pièce primitive, la verve de Verne se déploie déjà et que Cadol contribue plus à la mise en place qu'à la création...» Eric Weissenberg souligne qu'il ne reste plus qu'un manuscrit à retrouver: celui d'Edom... Volker Dehs, dans le même numéro - qui reproduit intégralement la pièce - nous laisse une excellente analyse et des commentaires très complets de cette oeuvre inconnue, mais capitale pour comprendre la genèse du Tour du monde en 80 jours.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue